LES REGIES CULTIVENT LES TERRITOIRES POPULAIRES

Logo-Si-es-jardin

Depuis plus de 20 ans, les Régies de Quartier et de Territoire développent des jardins solidaires en pied d’immeuble, avec et pour les habitants des quartiers.

Portés par l’intérêt grandissant pour une alimentation saine et les enjeux environnementaux, les activités d’agriculture de proximité et de gestion écologique des espaces verts se multiplient dans les Régies de Quartier et de Territoire.

Le projet Si T’es Jardin initié en 2010 par le CNLRQ, vise à soutenir et encourager ces initiatives.

Régie de Quartier Lormont

Régie de Quartier Lormont

Le projet Si T’es Jardin

 Si T’es Jardin est un projet au service de l’ensemble du réseau car toutes les Régies interviennent sur les espaces verts de leurs territoires ou sensibilisent les habitants à un mode de vie durable ou une alimentation saine. De la jardinière au maraîchage d’insertion en passant par le compostage de proximité ou les restaurants solidaires, elles contribuent à leur échelle à la transition écologique de leurs territoires en lien avec les habitants.

 Notre vision

Le soin apporté au végétal améliore la qualité de vie des habitants des quartiers populaires. Les jardins apportent une réponse à la précarité alimentaire et contribuent à l’égalité d’accès à un environnement de qualité.

Le « faire ensemble » et l’implication des habitants sont primordiaux et rejoignent la vision politique portée par les Régies.

 Nos missions

  • Animer : Créer une communauté d’acteurs engagés, échanger sur les bonnes pratiques, organiser des événements.
  • Accompagner: Mettre en place des formations, capitaliser, appuyer collectivement et individuellement les Régies
  • Communiquer: Valoriser les actions des Régies et les représenter auprès des instances professionnelles et institutionnelles.

Les activités développées par les Régies dans le cadre de Si T’es Jardin

Plus d’une centaine d’activités ont émergé dans les Régies de Quartier et de Territoire. Elles répondent aux spécificités de la zone d’habitation et aux besoins des habitants. On peut regrouper ces activités en 4 grandes catégories et objectifs.

 Préserver l’environnement

En premier lieu, les Régies investissent les espaces verts présents dans leurs quartiers. Elles peuvent les nettoyer, les entretenir, les améliorer, les transformer en jardin partagé, le tout en concertation avec la ville et les bailleurs sociaux. La gestion des espaces verts est réalisée dans le respect de la nature et de l’Homme, sans utilisation de produits phytosanitaires ou de pesticides.

Les Régies peuvent également se voir confier l’entretien d’espaces naturels en dehors du quartier. Ainsi certaines Régies ont remporté des marchés publics ou des appels d’offre avec pour mission le débroussaillage des chemins de randonnées.

Eduquer à l’environnement

En entretenant et en améliorant le cadre de vie des territoires populaires, les Régies de Quartier permettent aux habitants de se réapproprier leurs espaces verts. Ce ne sont plus uniquement des espaces de transition entre immeubles ou voiries mais des lieux où il fait bon vivre, où l’on peut se retrouver, où les enfants appréhendent le vivant.

Au-delà du simple aménagement, les jardins sont des lieux où l’on découvre la beauté de la nature et les bienfaits pour la santé qu’y en découle. Les jardins pédagogiques sont utilisés par la Régie et ses partenaires dans un objectif d’éducation populaire, le plus souvent en direction d’enfants. Ils permettent d’initier des partenariats variés (centres sociaux, centres de loisirs, écoles, maisons de retraite, bibliothèques…) et de travailler sur le lien intergénérationnel.

Régie de Quartier Tremblay-en-France

Régie de Quartier Tremblay-en-France

Tisser du lien

Les Régies organisent de nombreuses animations pour éduquer petits et grands sur le cycle de la nature, la découverte des plantes et animaux, l’importance de préserver notre planète. Les visites botaniques, les ateliers cuisine, les fêtes dans les jardins sont autant d’occasion de se rencontrer entre habitants d’un même quartier, de tisser des liens, et d’apaiser ainsi les tensions qui peuvent exister.

Le jardinage, et plus largement l’agriculture de proximité, est une activité universelle qui relie les personnes entre elles et fait fi des considérations d’âges, d’orgines, de genre. Ces activités modestes et pour autant essentielles à l’être humain sont des véritables catalyseurs de lien social. A travers l’entretien des espaces verts communs, c’est l’occasion d’aborder les problématiques du vivre ensemble, et plus largement de rendre les habitants acteurs de la gestion de leur cadre de vie. Les jardins constituent ainsi un outil particulièrement pertinent pour mettre en œuvre le projet politique des Régies, c’est-à-dire la participation et l’implication des habitants dans la vie de leur quartier.

Produire et se nourrir

Dans certaines Régies, une véritable agriculture de proximité permet la production de fruits, légumes, céréales, et œufs. L’agriculture de proximité peut se développer dans des jardins collectifs ou dans les exploitations maraîchères. Selon les territoires d’implantation, certaines Régies ont également mis en place des activités de pastoralisme, d’apiculture, ou d’élevage de volaille.

La production de cette agriculture urbaine ou de proximité est ensuite proposée aux habitants via des épiceries sociales, des restaurants solidaires, des légumeries, des conserveries, qui sont aussi des lieux de rencontre et de partage.

Enfin, les déchets verts issus de la production et de la préparation des repas sont compostés soit dans des bacs en bois ou via le compostage électromécanique.

Ainsi, les Régies interviennent à toutes les étapes du cycle alimentaire (production, consommation, décomposition) tout en respectant la nature et en associant les habitants.

Régie de Territoire Billom

Régie de Territoire Billom

Agriculture de proximité et insertion professionnelle

Les métiers de l’agriculture de proximité sont en plein essor et offrent des débouchés intéressants pour les salarié.es en insertion des Régies de Quartier et de Territoire.

Le recrutement est ouvert à tous les profils, tous les âges et peu importe le genre de la personne car chacun peut trouver sa place dans une les nombreuses activités qu’offre maraîchage d’insertion (production, transport, vente, animation, etc).

Les personnes embauchées dans le secteur apprécient d’exercer un métier qui a du sens, dans un cadre de travail plaisant.

Elles retrouvent une place dans la société, sont reconnues dans leur quartier pour le travail effectué ce qui améliore leur estime de soi.

Témoignage Benoit, opérateur en maraîchage, Régie Graine d’ID, La Roche sur Yon

« Ça faisait 12 ans que j’étais en recherche d’emploi. Ce qui m’a plu dans le maraîchage c’est que je voulais trouver un métier d’avenir. Je n’ai pas le permis mais je sais que je peux quand même trouver du travail, on aura toujours besoin de fruits et légumes. Le chantier maraîchage c’est mieux que ce je pensais. Je n’aime pas me tourner les pouces et il y a toujours quelque chose à faire. C’est très intéressant et enrichissant, on a des bons encadrants et une bonne directrice. On apprend tout de A à Z, de la graine à la vente, en passant par la commande. »

 

 

Les chiffres clés

125 activités

22 hectares cultivés

84 tonnes de fruits et légumes produits par an

8000 habitants bénéficiaires des animations

432 salariés permanents et en insertion

2000 bénévoles