Frip’Art, chantier de réinsertion

© La Nouvelle République – Publié le

Une partie de l’équipe de Frip’Art avec des créations textiles.
Une partie de l’équipe de Frip’Art avec des créations textiles.
© Photo NR
En pleine évolution, malgré une crise sanitaire qui rend les choses de plus en difficiles, Frip’Art et la Régie de quartier ne baissent pas les bras.
« Le magasin occupe une place très importante au sein de la Régie de quartier, explique Tural Keskiner, président. Nous faisons beaucoup en matière de recyclage. Toutes les boîtes à vêtements que l’on peut trouver en ville, permettent aux Vendômois qui souhaitent se débarrasser d’habits en bon état de leur donner une seconde vie. Ils sont alors triés par le personnel, et mis en vente à petits prix. Et cela vaut pour les vêtements, mais également pour les meubles, les jouets, les livres… »
Pas seulement un magasin Mais Frip’Art n’est pas seulement un magasin. Il s’agit avant tout d’un chantier de réinsertion qui permet aux salariés en recherche d’emploi de garder un contact avec le monde de l’entreprise, tout en continuant de chercher du travail. Actuellement, trente personnes dont six jeunes. « Après un entretien d’embauche, nous proposons des contrats allant de 20 à 26 heures de travail hebdomadaire. Cela permet aux bénéficiaires de percevoir un salaire et de consacrer le reste de leur temps à la recherche d’un emploi qui correspond plus à leurs parcours professionnels », indique Sandrine Bernard, encadrante technique responsable du magasin.
Au sein de Frip’Art, où chacun peut rester parfois pendant une année entière, les activités sont variées. « Chacun est polyvalent, reprend Sandrine Bernard. On peut s’occuper de logistique, de mise en rayon, de vente… Et nous avons également un espace repassage qui permet aux clients d’apporter leur linge à repasser, ainsi qu’un espace couture pour les retouches. » La responsable du magasin souhaite souligner : « L’espace de créations textiles, nous l’avons créé. À l’origine, le magasin souhaitait déjà proposer ce type de créations aux clients. Aujourd’hui, c’est chose possible grâce à la créativité du personnel ».
Frip’Art : 52, rue de Courtiras. Tél. 02.54.77.44.65. Du mardi au samedi, de 9 h 30 à 11 h 45 et de 14 h à 17 h 45.
CNLRQ - Tous droits réservés - Site réalisé par Damien Ravé